Technique, transmission / Tecnica, transmision

Je comprends la technique comme la conscience de comment on fait ce qu’on fait… Chacun.e vit la technique différemment mais ici je partage ce que c’est pour moi mais ça change tout le temps et des fois je me dis que j’en sais rien!

  • Quel voix ?: Il y a des chansons qu’on chante à l’aise et d’autres où l’on sent que c’est tendu et pas agréable et surtout après on n’a plus de voix… On peut avoir une voix qui monte facilement, une voix qui monte ET descends facilement, une voix qui a du mal à monter et se sens à l’aise avec des mélodies qui ne se promènent pas partout. Je pense que c’est cool de commencer par le plus facile pour pas se mettre la pression et comprendre mieux comment ça marche quand ça marche. Donc si ça vous dit vous pouvez explorer avec un clavier ou une guitare ou n’importe quel instrument quelle est la tessiture (les notes que vous chantez sans difficulté) qui vous convient le mieux. Sur ce blog je parle de voix 1, 2 ou 3… La voix 1 est la plus aiguë et la voix 3 est la plus grave.
  • La respiration!!! Là pour le coup il y a plein de trucs à dire qui ne sont pas faciles à expliquer par écrit. Juste une chose peut être: OBSERVEZ VOUS respirer! Si vous montez les épaules c’est possible que vous soyez en train de remplir la partie haute des poumons et donc plus d’essoufflement, plus de tensions autour de vos cordes vocales et moins de plaisir. Osez lâcher votre bidon et remplissez vos poumons à fond… et puis expirez tranquille et lentement en prenant trois fois plus de temps qu’à l’inspiration!

QUELQUES IDÉES POUR LA PERSONNE QUI TRANSMET

  • S’assurer que tout le monde a les paroles avec traduction si besoin (il y a des gens qui suggèrent ne pas donner les paroles avant que la chanson soit apprise)
  • Faire un mini topo sur la chanson d’où elle vient, le contexte etc.
  • Dans quelle tonalité on va chanter le morceau ? Note de départ
  • À quelle vitesse on chante le morceau ?
  • Décider comment on veut montrer le départ de la chanson (en comptant 1 2 3 ou avec une respiration ou un geste de la main?)
  • Chouette d’avoir un petit instrument pour nous soutenir (petit clavier ou xylophone)
  • Je suggère de commencer par un focus sur les parties qu’on considère difficiles (pas forcement toujours par le début)… ça peut être une question de texte, de rythme, une mélodie compliquée, un truc qu’on trouve vocalement dur à faire…
  • C’est cool d’essayer de répondre aux questions en musique car des fois on est tenté d’expliquer en mots des trucs musicaux et peut être qu’une réponse en musique peux être plus rapide et claire (contrairement à ce que je suis en train de faire ici!).
  • Ne pas hésiter à faire les trucs qui sont difficiles à chanter TRÈS LENTEMENT, de faire que la mélodie avec lou lou lou, de faire le texte en rythme sans les notes, d’accélérer (une fois que ça marche lentement)…
  • Être attentive aux personnes qui apprennent vite et celles qui vont plus lentement…. j’ai pas de formule autre que être TRÈS à l’écoute avec oreilles, yeux et petit cœur pour pouvoir s’adapter.
  • Ne pas rester trop longtemps sur un morceau (pour moi une heure c’est trop en générale)… Structurer l’apprentissage dans plusieurs séances.
  • On me dit dans l’oreillette que j’ai oublié un truc : IMPROVISER !

ET POUR LES PERSONNES QUI APPRENNENT :

  • Quand on apprend une mélodie le silence est essentiel !
  • Ne pas chanter au même temps que la personne qui transmet peut être… très utile
  • Se tromper est indispensable pour pouvoir comprendre ce qu’on fait et comment le changer… donc pas besoin de s’excuser et oser dans la mesure du possible de reproduire la mélodie qu’on entend.
  • Laisser la personne qui transmet finir son « propos » et poser des questions/demandes/besoins, après.
  • Essayer toutes les voix proposées et dans la mesure du possible (selon l’équilibre dans les différentes voix) rester dans le pupitre où l’on se sent le plus confortable vocalement… (ça s’applique aux groupes mixtes et non mixtes… les hommes ne sont pas obligés de faire toujours la voix grave !)
  • En chœur on a une tendance à chanter trop fort et cela n’est pas très sain ni vocalement ni pour comprendre ce qui se passe dans le groupe. On m’a dit un jour : si tu t’entends toi même plus que ta voisine c’est que tu chantes trop fort !
  • Essayez d’écouter le groupe dès que possible (une fois qu’on se sent un peu à l’aise avec la mélodie). Ça nous fait avancer plus vite collectivement. Essayez de suivre le tempo proposé par la personne qui anime ou le tempo qui s’établit naturellement dans le groupe (mieux que de battre un tempo pour soi même avec les pieds)
  • J’aime bien noter… sur le texte ou la partition, les endroits où je me goure systématiquement car ça me donne un repéré visuel… mais tout le monde n’est pas fan (de rien de ce que je vous propose en fait!!!) gros bisous